Positions

samedi 15 septembre 2018, par Geneviève Merlin

L’ANEPCCAV « Les Ailes du désir »est une association professionnelle nationale, fondée en 1992, à la suite de la création des enseignements Cinéma-Audiovisuel au lycée et de l’apparition d’épreuves dans cette discipline au baccalauréat. Elle regroupe des enseignants de cinéma et des partenaires culturels intervenant dans les options cinéma. Elle défend depuis l’origine une éducation artistique et culturelle exigeante, fondée sur un équilibre constant entre approche théorique et culturelle et approche pratique et sur un enseignement en équipe, dans le cadre de partenariats étroits entre enseignants et intervenants culturels.
L’association est représentée dans les commissions d’experts qui concernent les enseignements de cinéma (élaboration des sujets de baccalauréat, choix du film du programme limitatif). Elle est aussi consultée sur les textes de cadrage des programmes.

L’enseignement du cinéma n’a cessé de se renouveler depuis l’ouverture des options et l’association « Les Ailes du désir »a montré à chaque réforme de programme ou d’examen sa capacité à prendre en compte des perspectives nouvelles. Les bouleversements récents des conditions de production, de fabrication et de lecture des images qui engagent des approches et des expérimentations nouvelles ainsi que la multiplication des dispositifs et parcours d’éducation à l’image à l’école nous conduisent à réaffirmer la nécessité de défendre les valeurs auxquelles nous sommes attachés :la place centrale des œuvres et de l’histoire du cinéma dans nos enseignements,l’importance de la pratique artistique et de son articulation à l’analyse, le cadre partenarial. Ces exigences doivent être au cœur de toute réflexion sur l’enseignement du Cinéma-Audiovisuel au lycée et sur la place du cinéma à l’école. A l’heure où se met en place une réforme importante du baccalauréat et des enseignements du lycée, la question des enjeux de l’enseignement du cinéma est fondamentale.

Les positions que l’association a exprimées lors de son audience, en novembre 2017, par la commission présidée par Pierre Mathiot ainsi que dans un courrier adressé au Ministre Jean-Michel Blanquer ont été entendues. Loin de disparaître, l’enseignement du Cinéma est présent dans le projet de réforme en tant qu’enseignement facultatif d’une part et en tant que discipline de spécialité d’autre part. Nous avons insisté pour que soient envisagées les associations de spécialités les plus larges et les plus pertinentes permettant aux élèves de construire un profil en vue d’une orientation post-bac. Le Conseil Supérieur des Programmes procède actuellement à l’écriture des futurs programmes de cinéma.
Cependant notre vigilance doit se maintenir dans le contexte général de diminution des crédits qui fragilise nécessairement les enseignements de cinéma. Des incertitudes demeurent quant à la mise en œuvre des futurs enseignements et aux modalités de leur évaluation. Les choses se jouent maintenant sur le terrain, il nous faut être présents et trouver les stratégies adéquates pour que nos enseignements, facultatif et de spécialité, perdurent,et continuent de proposer aux élèves un enrichissement indéniable de leur parcours.

Nous réaffirmons que l’enseignement du cinéma au lycée constitue une réalité disciplinaire qui répond à des besoins d’orientation et de formation certains.Nous souhaitons que le cinéma soit l’objet d’un véritable enseignement artistique fondé sur une pédagogie cohérente, distinct des parcours d’éducation artistique, des autres disciplines, des ateliers périscolaires, et mené dans le cadre d’un partenariat culturel. Enseignants et partenaires culturels restent profondément attachés à la spécificité de l’enseignement du cinéma qui articule théorie et pratique artistique et engage les élèves dans un processus créatif pour lequel l’intervention de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel est essentielle.
Organe collectif nécessaire à la mise en commun de nos forces et de notre réflexion pour la défense de nos enseignements, l’association doit aussi être le lieu d’une mutualisation de la réflexion théorique et des pratiques. Elle dispose pour cela de son site internet et de sa revue annuelle. Le site internet propose des analyses développées autour des programmes d’enseignement et des films du programme limitatif, des expérimentations menées avec les élèves et des exemples de pratiques pédagogiques. Les Cahiers des Ailes du désir publient des textes de professeurs de lycée, d’universitaires et d’artistes, des documents de professionnels du cinéma ainsi que des fiches à finalité pédagogique. Enfin, les réunions annuelles des adhérents sont également un lieu d’échange et de réflexion collective.

Geneviève Merlin, septembre 2018